English Français
Physique
Resultats (1 - 30) sur 136Page:   [1]   2  3  4  5  >>

LEIBNIZ, Gottfried Wilhelm. Demonstratio geometrica Regulae Apud Staticos receptae de momentis gravium in planis inclinalis (pp.501-505, Tab. 13: 2. & 3. Fig.). 

Leipzig, Grossium & Gleditsch, 1685.

Édition originale du volume complet des acta eruditorum de l'année 1685.
Acta eruditorum est une revue scientifique fondée en 1682, par Otto Mencke et Leibniz, qui y publiera de nombreux articles.
C'est dans ce volume de 1685 qu'est publié son article 'Demonstratio geometrica Regulae Apud Staticos receptae de momentis gravium in planis inclinalis', dans lequel Leibniz démontre la loi de la statique relative au mouvement des corps sur un plan incliné.
C'est avec cet article et le 'Brevis Demonstratio erroris memorabilis Cartesii' publié l'année suivante qu' il déclencha la controverse sur la véritable mesure des forces qui durera plus d’un demi siècle. Descartes avait considéré la quantité de mouvement (mesurée comme produit de la masse par la vitesse) comme constante et comme cause des changements dans la nature. Leibniz choisit comme cas modèle de son argumentation non pas le choc élastique, mais la chute libre. Il ne peut être conservé et désigné comme force que telle grandeur physique qui soit en mesure de rétablir l’état initial au moins par voie de calcul.Leibniz présuppose que la force requise à soulever un poids peut être déterminé par le produit du poids par la hauteur. Or selon les lois de Galilei sur la chute des corps le fait de quadrupler la hauteur de chute aboutit à la duplication de la vitesse. Par conséquent la force motrice doit être évaluée proportionnellement à m·v². Pour désigner cette doctrine de la conservation de la force Leibniz créa le terme «dynamique» que nous rapprochons aujourd’hui, il est vrai, de la notion newtonienne de la force (produit de la masse par l’accélération).

Nollet. Leçons de physique expérimentale.
Six volumes.
Bien complet du frontispice et des 116 planches dépliantes

NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale. 

Paris, Durand, 1771.

Jean Antoine Nollet (1700-1770) était un physicien expérimental membre éminent de l'Académie des sciences de Paris.

Nollet a consacré beaucoup de temps sur l'électricité et est devenu l'une des autorités de son temps. ["Nollet became the chief of the European electricians" (DSB, X p. 146)].

Il conçu les premiers électromètres (1747).
En 1745, il a développé une théorie de l'attraction et de répulsion électrique qui suppose l'existence d'un flux continu de matière électrique entre les organes chargés.

Afin de démontrer que l'électricité se déplace à grande vitesse sur une grande distance, il réalisa l'une des expériences les plus impressionnante de l'époque.
En présence du roi, il fit relié par un câble 180 gardes royaux qui formaient une ligne de plus d'un kilomètre. Il leur appliqua une décharge à l'aide d'une bouteille de Leyde (ancêtre du condensateur). Les gardes sautèrent et se contournèrent simultanément.

Très intéressante édition augmentée d'un "discours sur les dispositions sur les qualités qu'il faut avoir pour faire des progrès dans l'étude de la physique expérimentale". Ce discours de 50 pages, qui ne figure pas dans tous les tirages, a été prononcé par l'abbé Nollet le 16 mai 1753 à l'occasion de l'ouverture de la nouvelle Ecole de physique expérimentale.
Tous les tomes de notre exemplaire ont été imprimés la même année (1771).

Très bon exemplaire d'un des livres de physique expérimentale les plus populaire du dix-huitième siècle.

Resultats (1 - 30) sur 136Page:   [1]   2  3  4  5  >>
25 rue du Maréchal Foch   78110 Le Vésinet
tel. 01 30 71 69 85
TVA intracommunautaire : FR87515091171
© Librairie Eric Zink Livres Anciens